Jonas 3 : Prédication de Jonas à Ninive

L’étude biblique de cette semaine continue de relater les aventures de Jonas, le prophète qui a tenté de fuir la face de Dieu. Rappelons-nous, que dans le chapitre étudié la semaine passée. Jonas a reconnu la grâce et la grandeur de Dieu qui l’a sauvé de la mort physique et de la mort spirituelle. Notre lecture prend son origine, au moment où le grand poisson vomit Jonas sur la terre, à un endroit inconnu.

Le chapitre commence par le renouvellement de la mission de Dieu pour Jonas. En effet, il lui demande pour la deuxième fois d’aller à Ninive et de proclamer sa Parole. En décidant d’utiliser Jonas de nouveau, le Seigneur lui redonne une seconde chance et l’occasion d’accomplir sa volonté. Cette partie nous permet de prendre conscience d’un caractère de Dieu. En nous rappelant de la première tentative et de son échec, nous avons reconnu la grâce de Dieu qui nous utilise malgré nos faiblesses.

Sans se plaindre, de la tâche colossale qui l’attend, Jonas part pour Ninive (une ville immense et hostile aux israélites), et n’hésite pas à proclamer que cette dernière sera détruite dans 40 jours. L’immensité de la ville n’a pas intimidé Jonas au point de refuser de nouveau l’appel de Dieu. En effet, la puissance de l’Éternel l’a guidé et lui a donné la force de proclamer cette parole. Il est remarquable de voir comment le fruit de la foi exprimé en Jonas 2 est la fondation de l’obéissance de Jonas, car il a agi « conformément à la parole de l’Éternel » (verset 4 ). Cependant, il a été observé que Jonas a prêché, la destruction de Ninive et non la rédemption.

Les prochains 4 versets, formant le principal bloc du passage, nous montrent la réaction inattendue des Ninivites. Au lieu de persécuter Jonas et d’ignorer la proclamation, les Ninivites crurent en Dieu, et réalisèrent leurs méfaits. En signe de repentance, ils commencèrent à porter des sacs (signe de deuil) et à jeûner. L’un des faits marquants est l’humilité du roi qui prend la décision de rejoindre le mouvement et de décréter sur l’ensemble de la ville l’obligation du jeûne et du port du sac pour toute la population humaine comme animale. À ce moment, le Roi n’est pas sûr que Dieu leur accordera son pardon, mais il reconnait, la nécessité de renoncer à leurs anciens comportements, attitudes et actes tout en espérant et implorant, la miséricorde de Dieu. Force est de reconnaître que leur acte de repentance est non seulement une réalité intérieure, mais également une réalité extérieure.

Ces versets recèlent de trésors. En effet, nous voyons comment la repentance demande un pas de foi, ainsi que les éléments clés de cette repentance qui sont : la reconnaissance de la culpabilité, la volonté de changement et la demande d’un pardon sincère à Dieu. De plus, contrairement au roi nous avons l’assurance, par le sang de Christ, que si nous nous repentons sincèrement de nos péchés, Dieu nous pardonnera toujours. Néanmoins, il est important de retenir que la repentance nécessite non seulement une transformation intérieure, mais également une transformation extérieure. La repentance est capitale, elle demande un changement dans nos actes et de notre attitude.

Le dernier verset nous montre que Dieu, en voyant leur acte de repentance collective, décide de ne pas détruire la ville de Ninive. Ce fait est un véritable témoignage de la miséricorde de Dieu. Au regard des méfaits commis par les Ninivites, il était légitime pour Dieu d’accomplir son jugement. Mais, la repentance des cœurs a montré en plus de la miséricorde de Dieu, sa bonté et son amour.

De manière générale, il a plusieurs leçons à tirer de ce passage, mais la principale est de savoir que la repentance sincère offre un nouvel espoir et un nouveau départ sous le regard et la grâce de Dieu. De plus, le contraste entre Jonas qui prêche la destruction et le roi qui prêche la rédemption nous amène à repenser à notre façon d’apporter l’évangile autour de nous (sur le campus, à nos ami(e)s, à notre famille). En effet, lorsque nous prêchons l’évangile nous ne devons pas condamner les autres, mais leur montrer la possibilité d’une rédemption divine au travers de la repentance. Cependant, être des vecteurs de la parole de Dieu demande d’abord de faire un pas personnel. En d’autres termes, le changement, la repentance doit commencer par nous avant d’atteindre le monde qui nous entoure.

Dans le prochain chapitre, nous étudierons, la réaction de Jonas, face au choix de Dieu d’accorder sa grâce aux Ninivites qui rappelons-le est un peuple hostile aux israélites.