facebook icon gmail icon

Miller, David: Dans le monde, mais pas du monde?

Une belle formule (et pour cause, elle vient de Jésus) à classer dans la catégorie "plus facile à dire qu'à faire".

Justement, David Miller, notre orateur, va nous aider à  réfléchir à cette question: qu'est-ce que Dieu veut transformer en nous pour que nous puissions apporter de Sa part notre contribution au monde qui nous entoure
        dans notre façon d'être / dans notre façon de faire
        individuellement / en communauté

Si tu es étudiant(e), tu dois y réfléchir avant d'entrer sur le marché de l'emploi
Si tu as une job, il est encore plus important de considérer ces questions

Une base biblique (32.9 Mb)

On peut définir le monde de deux manières:

1) créé par Dieu (on est dans le monde...)
2) déchu (... mais pas du monde)

1) Genèse 1,28 / 2,15
L'être humain a un rôle à tenir dans le jardin: une grâce et une responsabilité. On peut apporter notre contribution en réponse à la création de Dieu. Jésus en est l'exemple parfait (Marc 10,45)

2) puis il y a rupture: l'homme choisit de se centrer sur lui-même au lieu de se centrer sur Dieu. Il y a besoin d'un parcours de rédemption.
Genèse 12,1-3: Dieu appelle Abraham à être dans le monde mais pas du monde (et à être une source de bénédiction).Mais avec Israel, ce parcours est partiel: ils voient cet appel comme un privilège au lieu d'un appel à servir et à être béni.

Ce parcours de rédemption sera accompli en Jésus (Jean 17): dans le monde (vivre dans le monde) mais pas du monde (être en relation avec Dieu). La réponse n'est pas la séparation du monde, mais une manière différente de vivre dans le monde.

L'exemple de Jésus (46.4 Mb)

Introduction: le travail vu comme une contribution que je peux apporter pour Dieu au monde qui m'entoure (c'est plus que ce que je fais au plan professionnel, c'est ce que je fais dans le jardin).

Jésus est notre modèle pour être dans le monde mais pas du monde: il a été parfaitement les deux. Marc 3, 13-15 Jésus appelle les 12 à être avec lui et être en même temps formés et envoyés dans le monde (les 2 vont ensemble).

Être avec Jésus transforme ma vie et cette transformation fait qu'il y a une source de bénédiction qui déborde de ma vie sur ceux qui m'entourent.
 

Une dimension communautaire (46.9 Mb)

Jésus s'est donné pour le monde - être disciple, c'est vivre notre foi ouvertement. Le royaume s'exprime dans la puissance - au travers de nos vies.

Marc 5: Jésus renvoie le démoniaque libéré "chez lui" pour annoncer ce que Jésus avait fait pour lui: c'est ce gars-là qui proclame la bonne nouvelle dans la Décapole.

L'Église, c'est une communauté de personnes qui par la foi désirent suivre Jésus ensemble dans le monde mais pas du monde.

Donc:

  • l'Église n'est pas d'abord un lieu de ressourcement.
  • la louange n'est pas une évasion hors de la réalité (mais que notre musique puisse rejoindre le monde qui nous entoure)
  • nos relations mutuelles doivent refléter cette réalité (une liberté d'être transparents les uns les autre y compris dans nos péchés)

Si on arrive à vivre ça dans notre communauté (chrétienne), ça ne peut que déborder autour de nous (sur le monde)

Le travail (38.2 Mb)

On se préoccupe trop de la direction (où Dieu veut-il m'envoyer?) et pas assez du directeur (la personne de Dieu, qui nous dirige).

La question première est donc: est-ce que je suis prêt à suivre Dieu maintenant?

Où est-ce que Dieu veut que je travaille? Une (meilleure) question: est-ce que je peux travailler là et suivre Jésus? Préparons-nous à servir Dieu, peu importe là où il nous place(ra).